Articles web

29 mai 2017
Sébastien Dulude

Runaway Girl, conception, chorégraphie et interprétation : Jocelyne Montpetit ; scénographie : Shin Koseki ; design sonore : Nancy Tobin ; musique : Max Richter, Masaru Soga et Louis Dufort ; collaboration artistique: Francesco Capitano. Un spectacle de Jocelyne Montpetit Danse présenté dans une résidence privée de Montréal, les 27 et 28 mai et du 2 au 4 juin 2017.

///

28 mai 2017
Jérémy Laniel

Spoon, un spectacle de Nicolas Cantin ; interprétation : Fiona Chevarier et Gaïa Won de Jong ; complicité artistique : Katya Montaignac ; lumières : Karine Gauthier. Une production Nicolas Cantin et Daniel Léveillé Danse présentée au théâtre La Chapelle du 27 au 29 mai 2017.

///

28 mai 2017
François Jardon-Gomez

Antoine et Cléopâtre, texte de Tiago Rodrigues avec des citations de Antoine et Cléopâtre de William Shakespeare ; mise en scène de Tiago Rodrigues ; avec Sofia Dias et Vítor Roriz ; une création de Teatro Nacional D. Maria II et Mundo Perfeito ; présenté à la Cinquième Salle de la Place des Arts du 27 au 29 mai 2017.

///

27 mai 2017
Jérémy Laniel

7 Pleasures, un spectacle de Mette Ingvartsen et Great Investment; conception et chorégraphie : Mette Ingvartsen; interprétation : Johanna Chemnitz, Katja Dreyer, Bruno Freire, Elias Girod, Gemma Higginbotham, Dolores Hulan, Calixto Neto, Danny Neyman, Norbert Pape, Pontus Pettersson, Manon Santkin, Hagar Tenenbaum; lumières : Minna Tiikkainen; musique et trame sonore : Peter Lenaerts; scénographie : Mette Ingvartsen et Minna Tikkainen. Présenté à l’Usine C les 26 et 27 mai 2017.

///

26 mai 2017
Jérémy Laniel

100% Montréal, une conception de Rimini Protokoll (Helgard Haug, Stefan Kaegi et Daniel Wetzel) ; mise en scène de Helgard Haug et Stefan Kaegi ; scénographie de Marc Jungreithmeier et Mascha Mazur, interprétation de 100 Montréalais ; musique live par Navet Confit. Présenté au Théâtre Jean-Duceppe du 25 au 28 mai 2017 dans le cadre du Festival TransAmériques.

///

Le FTA reprend exactement où il s’était terminé l’année dernière, mais c’est peut-être là où le bât blesse.

Pages